Pressings : vers la fin du perchloroéthylène

Depuis des années, le Réseau Environnement Santé et Générations futures réclamaient l’interdiction du perchloroéthylène dans les pressings en France. Après avoir longtemps défendu un “usage contrôlé“ de ce composé, les autorités sanitaires acceptent enfin le remplacement de ce composé cancérogène.

L'utilisation d'un solvant dangereux pour la santé dans les pressing devrait cesser… d'ici 2022.

Des alertes lancées dès 2008Le perchloroéthylène est utilisé dans les pressings et les laveries automatiques disposant de machines à nettoyage à sec. Ce composé chimique toxique fait partie de la liste des cancérogènes du groupe 2A du Centre international de recherche sur le cancer, et est classé comme “nuisible à la santé“ et “dangereux pour l’environnement“ dans l’Union européenne. En cas d’exposition fréquente, le perchloroéthylène peut se révéler toxique pour les reins et le système nerveux, et provoquer des irritations des yeux et des voies respiratoires, ainsi que des vertiges et des nausées.Suite à l’alerte de plusieurs

associations, les autorités avaient réagi. Depuis 2008, les autorités sanitaires avait engagé des campagnes de contrôles des pressings, contrôles systématiques en cas de plaintes des riverains et débouchent, en cas de non-conformité grave, sur des mesures pouvant aller jusqu’à la suspension des installations. Mais elles avaient jusqu’alors défendu une utilisation contrôlée du perchloroéthylène alors que des alternatives existent pourtant. Une interdiction enfin programméeLe ministère de l’Ecologie a mis en consultation, fin 2011, un projet d’arrêté ministériel encadrant les installations de nettoyage à sec utilisant du perchloroéthylène. Ce document accepte pour la première fois, le remplacement de ce produit dangereux. Il est ainsi prévu :- l’interdiction de toute nouvelle installation fonctionnant au perchloroéthylène située dans des locaux contigus à des habitations.- La suspension de l’activité des pressings si la valeur d’action rapide de 1250 μg/m3 recommandée par le Haut Conseil de santé publique est dépassée dans les appartements et locaux contigus aux pressings.- L’arrêt progressif des installations existantes fonctionnant au perchloroéthylène 😮 au plus tard au 1er janvier 2018 pour les installations n’étant pas de marque NF,o au plus tard au 1er janvier 2022 pour les installations de marque NF, sauf à respecter certaines distances de rejet par rapport aux bâtiments voisins,o en tout état de cause, interdiction d’exploiter une machine au perchloroéthylène âgée de plus de 15 ans à partir de 2014.Les ministères ont parallèlement chargé l’ANSES et l’INERIS de mener des travaux d’évaluation des risques potentiels associés aux produits utilisés en substitution du perchloroéthylène. Par ailleurs, un projet de décret rend contraignante une nouvelle valeur limite 8 heures à 138 mg/m2. Son entrée en vigueur est prévue au 1er juillet 2012.De leur côté, les associations se félicitent de cette interdiction annoncée par le Ministère, même si elle reste très progressive. Ils regrettent néanmoins que la norme définie par l’Agence de protection de l’Environnement des Etats-Unis de 40 μg/m3 n’ait pas été prise en compte en France. Dans un communiqué conjoint, Le Réseau Santé Environnement, l’ADVEPP et Générations futures déclarent “continuer à agir pour préserver la santé des riverains et des travailleurs des pressings, qu’elles appellent à se manifester auprès des Agences Régionales de Santé et des Préfectures pour obtenir un contrôle de leur contaminations“.David BêmeSources :Pressings : l’interdiction du perchlo annoncée par le Ministère de la santé – Communiqué conjoint de RES, AVEPP, Générations futures – 19 avril 2012Perchloréthylène dans les pressings : point de situation et mesures mises en œuvre par les différents ministères – Communiqué conjoint du Ministère de la santé et du ministère de l’écologie – 19 avril 2012Click Here: Cheap Chiefs Rugby Jersey 2019

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *