Mortalité infantile en baisse mais des progrès restent à accomplir

Selon les statistiques sanitaires mondiales de la santé de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la mortalité des enfants de moins de 5 ans est en forte baisse. Néanmoins, 40 % de ces décès surviennent avant leur premier mois de vie…

Les statistiques sanitaires mondiales regroupent les données provenant des 193 états membres de l’OMS et permettent d’avoir un aperçu de l’état de santé à l’échelle internationale. Concernant la santé des enfants, l’analyse montre que la mortalité infantile (c’est à dire la mortalité des enfants de moins de 5 ans) a diminué de près de 30 % entre 1990 et 2008, passant de 12,5 millions à 8,8 millions.
Plusieurs causes peuvent expliquer cette baisse :
– L’insuffisance pondérale a chuté de 25 % en 1990 à 16 % en 2010.
– D’après le rapport, ces progrès sont également dus à l’extension de la couverture vaccinale et médicamenteuse.
– Par ailleurs, l’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticides permet de lutter efficacement contre le

paludisme, maladie particulièrement létale chez les enfants.
– De plus, 87 % de la population mondiale a aujourd’hui accès à l’eau potable : une amélioration de l’accès à l’eau, de sa qualité et de son assainissement amène à une meilleure gestion des maladies diarrhéiques, du choléra et de certaines infections. Toutefois, 40 % des décès d’enfants de moins de 5 ans surviennent au cours du premier mois de vie, et la plupart au cours de la toute première semaine. L’OMS appelle à “améliorer les soins aux nouveau-nés au cours du premier mois de vie pour réduire la mortalité infantile dans les pays en développement“.Si la baisse globale est encourageante, elle ne doit pas faire oublier d’importantes différences régionales : les pays souffrant d’une gouvernance médiocre, de crises ou de conflits n’affichant pas des résultats aussi encourageants.Selon le Docteur Boerma, directeur du département statistique et informatique sanitaire de l’OMS, “le défi consiste à aider les pays de l’Afrique Subsaharienne et de certaines parties de l’Asie du Sud-Est à avoir accès à des interventions, afin de prévenir le paludisme (…), à lutter contre la dénutrition qui est la cause sous-jacente d’un tiers des décès infantiles“.Frédéric TronelSource : “Statistiques sanitaires mondiales 2009“ – Organisation Mondiale de la Santé –

(rapport accessible en ligne)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *