L'ADEME remet en cause l'efficacité des plantes dépolluantes

Depuis que l’on ne cesse de nous rappeler à quel point notreintérieur est pollué, le marché des plantes ditesdépolluantes a connu un véritable boom. Certains magasinsproposant jusqu’à quarante espèces différentes dansleur catalogue. Hélas, d’après un avis de l’Agence del’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (Ademe),“l’argument ‘plantes dépolluantes’ n’est pas validéscientifiquement“.

Enfait, pour pouvoir arguer du côté “dépolluant“ desplantes, référence était faite à une étudedatant des années 1980 réalisée pour le comptede la NASA. Les conditions ne correspondant évidemment pas auxconditions réelles d’utilisation. C’est pourquoi, dans lecadre du programme PHYTAIR (programme commun à l’ADEME etaux conseils régionaux Nord-Pas de Calais et Pays de la Loire,également financé par des fonds européens), l’agencea testé la capacité de 3 plantes (dragonnier, pothoset plante araignée) à capturer certains polluants.
Dans un premier temps, la mesure de cette capacité aété réalisée en laboratoire, dans des enceintescontrôlées. Si les capacités d’épuration del’air diffèrent d’une plante à une autre et selon lespolluants (les concentrations de polluants diminuent entre30 % et 90 %, le monoxyde de carbone diminuant en plusfort proportion que le benzène ou le formaldéhyde),l’efficacité de l’épuration peut également êtrelimitée en baissant la température par exemple.
Ils ont ensuite reproduit l’expérience en conditionsréelles et là, il est apparu que “l’efficacitédu système plante en jardinière serait donc quasi nulleen condition réaliste d’exposition“.
En conclusion, l’ADEME rappelle donc que ces plantes, si ellesn’ont pas d’effets délétères sur la santé, nesont pas efficaces pour purifier l’air intérieur.
En matière d’amélioration de la qualité de l’airintérieur, la priorité reste la prévention et lalimitation des sources de pollution (entretenir les chauffeeaux et chaudières, réduire l’utilisation de produitschimiques ménagers,…) accompagnées d’une ventilation ouplus généralement d’une aération deslocaux (entretien du système de ventilation, ne pasbloquer les orifices d’aération, ouvrir les fenêtres tousles jours quelques minutes,…)“ conclue l’Agence.Yamina SaïdjSource :

Plantes et épuration de l’airintérieur, les avis de l’ADEME, septembre 2011

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *