Le fromage, aussi addictif que la drogue ?

Selon une étude américaine, l’addiction au fromage serait comparable à celle du tabac. Elle aurait même une explication scientifique. Après digestion, une protéine présente dans les fromages provoquerait une accoutumance. Des conclusions qui restent cependant controversées.

La caséine, une protéine présente dans les fromages, serait à l'origine de l'addiction. 

La pizza, aliment considéré comme le plus addictifEn 2013, une

étude rapportait que le sucre pouvait être aussi addictif que la drogue. Aujourd’hui, de nouveaux travaux expliquent pourquoi nous pouvons aussi être “accros“ au fromage.Des chercheurs de l’Université du Michigan (Etats-Unis) ont demandé à 500 étudiants de choisir, parmi une liste de 35 aliments, ceux qu’ils considéraient comme addictifs. Les participants ont dû remplir l’échelle de dépendance alimentaire Yale, un questionnaire standardisé qui permet d’identifier les

dépendances à la nourriture.Après analyse des réponses, les auteurs de l’étude ont constaté que la

pizza, dont le fromage est un ingrédient incontournable, était l’aliment considéré comme le plus addictif par la cohorte.La caséine, responsable de l’addictionSelon l’étude, une protéine contenue dans les fromages serait responsable de cette dépendance : la

caséine. Une fois cette protéine digérée, des casomorphines sont libérées dans l’organisme. Ces peptides affectent les récepteurs de la dopamine et provoquent l’addiction. Ces résultats sont toutefois à nuancer car le niveau de casomorphines à partir duquel l’accoutumance est déclenchée n’a pas été déterminé par l’étude.Des conclusions remises en question par plusieurs médecins, comme Gérald Kierzek, le médecin d’Europe 1, qui rappelle que l’agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) estime que le lien entre caséine et casomorphine n’a été démontré scientifiquement.

Les Oréo aussi addictifs que la cocaïne ou la morphine ?En 2013, des chercheurs américains avaient observé chez des rats que la consommation d’Oréo était, selon eux, “

aussi addictive“ que la cocaïne et la morphine. Les scientifiques s’étaient aperçus que “le nombre de neurones activés par les Oréo était significativement plus important que dans le cas de prise de cocaïne ou de morphine“. Aussi, les rats qui avaient été nourris exclusivement aux Oréo passaient beaucoup plus de temps du côté de la cage où se trouvaient les biscuits sucrés.Tout comme l’étude sur le fromage, les mécanismes exacts de cette “addiction“ n’avaient toutefois pas été clairement identifiés.Annabelle IglesiasSource : Which foods may be addictive? The roles of processing, fat content, and glycemic load, Avena NM and al, octobre 2015, U.S. National Library of Medicine (

étude accessible en ligne)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *