Les 3 meilleurs films de la semaine selon la presse (26.04.2017)

Pour vous aider à faire vos choix, voici les 3 films de la semaine les mieux notés par la presse sur AlloCiné !

1er : Après la tempête
Note moyenne presse* : 3.9 / 5
 

Après la tempête
De Hirokazu Kore-eda

Note moyenne de la presse :

3,9

Critiques Presse

Critiques spectateurs

“Films délicats, donc fragiles. La légèreté de touche du cinéaste japonais comporte un risque, bien présent ici encore, qui n’altère en rien l’image que nous avons de lui ni notre admiration : celui de l’oubli immédiat.” par Jean-Baptiste Morain (Les Inrockuptibles) 

“Fable douce-amère typique de l’oeuvre du réalisateur Hirozaku Kore-Eda, qui poursuit sa réflexion sur les problèmes qui minent la société japonaise moderne, “Après la tempête” parvient à émouvoir et à faire sourire, et à nous attacher à ses jolis personnages.” par Renaud Baronian (Le Parisien)

2ème : Mister Universo
Note moyenne presse* : 3.7 / 5

Mister Universo
De Tizza Covi,Rainer Frimmel

Note moyenne de la presse :

3,7

Critiques Presse

Critiques spectateurs

“Au seuil de la réalité et de la fiction, “Mister Universo” est construit comme une suite d’entretiens de personnages bien réels, pour mieux nous dresser un portrait authentique du monde forain.” par Laetitia Scherier (Critikat.com)

“Le style du film est en symbiose avec le milieu décrit : du travail artisanal, filmé sans apprêt en 16 mm, par Frimmel à la caméra et Covi au son. Cela ajoute une saveur supplémentaire à ce film doux-amer et chaleureux, proche et humain qui renoue un peu avec l’esprit du légendaire Freaks.” par Vincent Ostria (L’Humanité)

3ème : La Colère d’un homme patient
Note moyenne presse* : 3.6 / 5 

La Colère d’un homme patient
De Raúl Arévalo

Note moyenne de la presse :

3,6

Critiques Presse

Critiques spectateurs

“La violence omniprésente n’a rien à voir avec celle, survenant par bouffées, d’un Sam Peckinpah. Elle est plus insidieuse, plus dangereuse aussi, comme infiltrée dans les gènes des personnages. Cette brutalité à la fois extravagante et épurée évoquerait plutôt Robert Aldrich dans En quatrième vitesse.” par Pierre Murat (Télérama)

“On est tout de suite en empathie avec le héros, qui souffre et menace de flancher en permanence. La violence, viscérale, surgit sans prévenir dans ce récit bouleversant d’humanité.” par Stéphanie Belpêche (Le Journal du Dimanche)

* Selon les notes presse du baromètre AlloCiné, à la date du vendredi 28 avril 2017, et pour des films sortis le 26 avril ayant au moins 10 critiques.

Click Here: State of Origin Jerseys

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *