Hitman & Bodyguard : rencontre avec Elodie Yung

A l’occasion de la sortie de “Hitman & Bodyguard”, l’actrice française Elodie Yung nous parle des femmes badass au cinéma, de l’humour de Samuel L. Jackson et des cinéastes avec qui elle aimerait travailler.

AlloCiné : Encore un rôle badass pour toi, est-ce que c’est ce qui t’a attirée dans le film ?

Elodie Yung : Ce qui m’a vraiment séduite, c’est le casting. Ryan Reynolds, bizarrement, je ne connaissais pas spécialement, même si j’aimais ses comédies, mais savoir que j’allais avoir des scènes avec Samuel L. Jackson et que Gary Oldman allait jouer le grand méchant du film… J’ai toujours eu un petit crush pour Gary Oldman. Et puis Salma Hayek… J’étais ravie de pouvoir rencontrer des acteurs comme eux. Je me suis dit que cette bromance, ce couple Reynolds/Jackson, allait fonctionner. Le film a beaucoup d’impro, et la mayo a vraiment pris ! J’ai vraiment vu la comédie et la romance, et puis les femmes fortes, qui sont là pour faire avancer les choses. 

Ces rôles de femmes badass au cinéma, est-ce que c’est quelque chose que tu voudrais voir davantage ?

Ce que je voudrais voir, c’est plus de beaux rôles pour les femmes, que ce soit des femmes badass ou des femmes avec des failles, des destins brisés. J’aimerais qu’on soit toutes représentées, avec nos parcours, nos qualités, nos défauts. On en a quand même de plus en plus, notamment dans le cinéma français avec des réalisatrices qui apportent un vrai regard sur la femme. Je pense à Maïwenn, avec Mon Roi, à Emmanuelle Bercot… Là, j’ai l’opportunité de jouer des femmes qui ne se laissent pas faire, des femmes fortes, qui savent très bien ce qu’elles veulent, c’est parfait. J’ai aussi hâte qu’on m’offre le rôle d’une femme plus complexe, j’ai envie de prendre des risques, d’explorer toutes mes facettes. Badass, c’est cool et je m’éclate à le faire, mais moi, j’ai envie de tout !

Tu as aussi une formation en karaté, tu penses que c’est pour ça qu’on te propose ce type de rôles aux Etats-Unis, dans des films d’action ?

C’est vieux, c’est quelque chose que j’ai mis sur mon CV quand j’étais toute jeune et que j’ai commencé à travailler. Après, on m’a mise dans un film d’action, donc les gens savent que je sais le faire, mais j’ai envie de mettre tout ça de côté maintenant. J’ai fait d’autres choses, j’ai une formation à la LAMDA (London Academy of Music and Dramatic Art), j’ai joué Shakespeare… Peut-être que c’est ça que je devrais mettre plus en avant sur mon CV. (rires)

Tu es plus Ryan Reynolds ou plus Samuel L. Jackson ?

Samuel L. Jackson. Il est vraiment drôle, et le voir travailler c’était super. Il est cool, mais il travaille énormément, il est très carré. La première scène qu’on a tournée ensemble, c’est celle où il arrive, menotté. Dès la première prise, il jouait, il était là et tout le monde était au diapason et à chaque répétition, il apportait de nouvelles choses. Je me suis rapprochée de lui, j’avais envie de lui poser plein de questions. Il m’a beaucoup parlé de sa relation avec Quentin Tarantino, de comment ça a commencé pour lui, de sa vie personnelle…

Il t’a branchée avec Tarantino ?

Pas encore, il faut que je l’appelle d’ailleurs, parce que je suis libre, là ! (rires)

Dans le film, ton personnage jure beaucoup, et en français. C’est ton idée ?

Oui, c’est mon idée. J’ai dit à Patrick Hughes, le réalisateur : « Elle fait partie d’Interpol, elle peut très bien être française, autant jouer avec mon côté français. La relation que j’ai avec Ryan Reynolds est tout feu tout flamme, donc quand je crie, c’est en français, laisse-moi faire. » Il a adoré. Je sais qu’il en a coupé deux ou trois qu’on s’est amusés à faire durant le tournage, mais il en a quand même mis plus que prévu.

Qu’est-ce qui te plairait le plus, tourner davantage en France ou aux US ?

Ce dont je rêve vraiment, c’est de pouvoir travailler avec des réalisateurs que j’admire, qu’ils soient français, coréens, anglais…

Et qui sont-ils, ces réalisateurs ?

Alors, je vais vous donner ma liste ! (rires) Il y a en a plein. En France, j’aimerais beaucoup rencontrer Davy Chou, car on a le Cambodge en commun. Je trouve qu’il a un regard tellement nouveau et émouvant sur le Cambodge… Je suis sure qu’il va être amené à faire d’autres choses et j’aimerais beaucoup être dans son monde. Il y a aussi Maïwenn, Emmanuelle Bercot, comme je le disais tout à l’heure. Aux Etats-Unis, si je pouvais refaire un film avec Fincher ce serait génial. Barry Jenkins : Moonlight m’a vraiment mis une claque. Denis Villeneuve, Park Chan-wook… Il y en a beaucoup ! Ce qui compte pour moi, ce sont l’histoire et le regard d’un réalisateur.

Est-ce qu’il y a des actrices qui t’inspirent particulièrement ?

Oui, Isabelle Hupper et Juliette Binoche.

Des actrices françaises, donc, mais qui ont d’ailleurs toutes les deux une carrière à l’international.

Oui ! Parce qu’elles peuvent se fondre dans n’importe quel monde et toucher, elles ont une humanité. Elles ont cette identité française, mais j’imagine qu’elles sont dans la recherche d’exploration.

Tu as aussi participé à la série Netflix Daredevil et tu seras bientôt dans The Defenders. Il y a un grand fossé entre la production de séries américaines et la production à la française ?

Quand j’ai commencé Daredevil saison 2, ça m’a beaucoup choquée, le rythme, sur les séries américaines. Le fait qu’à chaque épisode on change de réalisateur, le fait qu’il y ait les scénaristes, des producteurs et beaucoup d’autres gens présents en plateau. C’est beaucoup plus soutenus qu’en France, il faut s’adapter. Pour construire un personnage dans une série aux Etats-Unis, il faut être réactif. Sur un film, en règle générale, on a un peu plus de temps. 

Est-ce que tu regardes beaucoup de séries ?

En ce moment, pas énormément, mais j’avais bien aimé The OA et Stranger Things, là je regarde Big Little Lies, mais je ne suis pas très binge watching, donc je commence, puis je laisse, et puis j’y reviens… Mais j’ai énormément de retard sur les séries du moment !

Retrouvez la bande-annonce d’Hitman & Bodyguard, dans les salles dès aujourd’hui : 

Hitman & Bodyguard Bande-annonce (3) VO

 

Click Here: Tienda Pumas UNAM

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *